Pascal Richard En 1996, le suisse Pascal Richard est devenu le premier champion olympique professionnel de cyclisme sur route.

Dans le monde du vélo, il est de coutume, de porter un maillot distinctif lorsqu'on remporte un titre de champion du monde, ou de champion national. Et les années suivantes, les champions ont même le droit d'arborer ("à vie") un discret liseré, rappelant leur ancien titre.

Sauf que, ni l'UCI, ni le CIO ne délivrent de maillot au champion olympique ! Voila pourquoi Pascal Richard, fière de son titre et souhaitant le mettre en avant, s'est tourné vers son équipementier. Celui-ci lui a fabriqué un maillot sur mesure, arborant de majestueux anneaux olympiques.

Hamilton.jpg
D'ailleurs, le Suisse n'est pas le seul à avoir pris cette initiative. Plus tard, en 2004, l'américain Tyler Hamilton a fait la même chose, mais de manière un peu plus discrète (en 2012, il rendra sa médaille après ses aveux de dopage).

Étrangement, Paolo Bettini, champion olympique sur la course en ligne la même année, a eu droit, lui, à deux maillots. Le premier, représentant les anneaux olympiques sur fond arc-en-ciel.
bettini-special-edition Puis un autre, reprenant les design de son maillot Quick-Step habituel, mais dorée (et non plus bleu).

Est-ce par modestie que l'italien a abandonné les anneaux au profit d'une référence plus subtile à l'or olympique ? Par vraiment.

L'explication se trouve au rayon "business". Le CIO ne plaisante pas avec les anneaux olympiques, marque déposée. L'usage des anneaux est strictement encadré, et n'est, par exemple, autorisé qu'aux sponsors des JO. Quick Step n'étant pas sponsor des JO, ils n'avaient en aucun droit le possibilité d'accoler leur nom au symbole olympique.

Depuis cette époque, les champions olympiques en titre rivalisent d'imagination pour rappeler leur titre : guidoline dorée, chaussures dorées, lunettes dorées, soquettes dorées, selle dorée, casque dorée et finalement... vélo doré pour Vinokourov, champion en titre depuis les JO de Londres en 2012.



wiggins.jpg Entre maillots interdits et accessoires bling-bling, certains ont trouvé une troisième voie : se faire tatouer les anneaux olympiques. C'est par exemple le cas de Bradley Wiggins. Mais également de très nombreux autres athlètes médaillés (Michael Phelps, Missy Franklin, Renaud Lavillenie, etc). Et étrangement, dans ce cas, le CIO approuve.

Sauf qu'il y a quelques mois, une histoire est venu brouiller encore un peu l'image de l'olympisme : Josef Craig, athlète paralympique, a été interdit de compétition. Le Comité international paralympique lui a reproché l'utilisation d'un logo qui n'est pas celui des Jeux paralympiques. En effet, les Jeux Paralympiques, ne sont pas organisés par le CIO. Ils ont leur propre logo, composé de 3 "virgules" représentant l’esprit, le corps et l’âme. On peut quand même ce demander laquelle de ces valeur olympique a guidé les juges dans leur décision de priver Josef Craig de compétition...

Palmarès

En cyclisme sur route, le palmarès des JO ressemble encore trop à un catalogue qui contiendrait quelques-uns des meilleurs roublards des années EPO. Espérons que, dans les années à venir, le cyclisme montre le nouveau visage qui est désormais le sien.

Champions Olympiques - course en ligne :

  • Atlanta 1996 : Pascal Richard (SUI)
  • Sydney 2000 : Jan Ullrich (GER)
  • Athènes 2004 : Paolo Bettini (ITA)
  • Pékin 2008 : Samuel Sánchez (ESP)
  • Londres 2012 : Alexandre Vinokourov (KAZ)


Champions Olympiques - contre-la-montre :

  • Atlanta 1996 : Miguel Indurain (ESP)
  • Sydney 2000 : Viatcheslav Ekimov (RUS)
  • Athènes 2004 : Tyler Hamilton (USA) Viatcheslav Ekimov (RUS)
  • Pékin 2008 : Fabian Cancellara (SUI)
  • Londres 2012 : Bradley Wiggins (GBR)