C'est un "marronnier". Ou plutôt c'est mon marronnier. Un billet que je ressors, régulièrement, parce que chaque année, lors du traditionnel contre-la-montre du Tour de France, je suis épaté par les technologies utilisées. Voici donc un résumé d'un article de VeloNews, qui commence tout de même à dater un peu...

Les cyclistes, sur les épreuves contre-la-montre, ressemblent parfois à des astronautes. Mais l'on se demande parfois quelle est l'efficacité de tout cet attirail.

En 2010, le magazine Velonews avait publié un article intéressant, dont voici un résumé.

Velonews 2010

  • Le casque

Sur un contre-la-montre de 40km, porter un casque spécial, plutôt qu'un casque classique, permettrait de gagner 67 secondes.

  • La combinaison

Dans son article, Velonews indique qu'une combinaison de contre-la-montre apporterait 134 secondes, sur 40km. C'est énorme, surtout pour un équipement pas si onéreux que ça. D'ailleurs, si vous regarder les maillots portés par certains sprinteurs sur ce Tour de France 2013 (Cavendish, Greipel...) vous remarquerez qu'il s'agit de combinaisons identiques à celles des épreuves chronométrées. À ce sujet, je me demande toujours si les combinaisons, portées par ceux qui sont en tête d'un classement (maillot jaune, maillot vert, etc) et fournies par l'organisateur sont aussi efficaces que celles habituellement utilisées par ces mêmes coureurs.

  • La position

C'est finalement assez décevant. Une bonne position ne permettrait de gagner que 56 secondes.

  • Le guidon "triathlete"

Célèbre depuis les 8 secondes du Tour de France 1989. Les "prolongateurs" permettent d'améliorer la pénétration dans l'air, mais donnent surtout un appui supplémentaire. Cet appui permet un pédalage plus efficace, donc plus puissant. Un tel guidon permet de gagner 122 secondes (en 1989, Fignon avait perdu 58" sur Lemond en 25km).

  • Le vélo

La géométrie spécifique des vélos de contre-la-montre offre une meilleur pénétration dans l'air, et permettrait donc de gagner 17 secondes en 40km. La encore, je suis déçu, voir carrément surpris. Je pensais que c'était beaucoup plus...

  • Des couvres-chaussures

Regardez Fabian Cancellara : le Suisse, spécialiste de l'effort chronométré a remporté de grandes classiques (Tour des Flandres, Paris-Roubaix...) avec un vélomoteur des couvres-chaussures, ce qui n'est pas la règle sur ce type d'épreuves. Peut-être a t-il lu VeloNews, qui indique que le bénéfice est de 30 secondes sur 40km.

  • Les roues

D'après VeloNews, la roue avant serait plus importante que la roue arrière. Une jante avant, avec 3 ou 5 bâtons, permettrait de gagner 42 secondes. Une roue arrière à 3 bâtons permettrait de gagner entre 20 et 30 secondes.

Et le reste ?

Je le disais en introduction, l'article de VeloNews date un peu. En 3 ans, il y a eu des avancées technologiques et certaines équipes ont énormément investies en recherche.
Par exemple, il y a quelques années, Alberto Contador avait testé des pédales profilées spécialement pour le chrono. On peut également constater la généralisation des dérailleurs à commande électrique. J'imagine que ces minuscules interrupteurs, sur les prolongateurs, sont bien plus efficaces que les anciennes manettes. Idem pour les étriers de freins, désormais cachés à l'intérieur de la fourche. J'aimerai également connaitre le gains apporté par des gants comme les "Body Geometry Flite Gloves" de Mark Cavendish. Enfin, il y a le fameux plateau (plus ou moins) ovale, déjà ancien mais revenu sur le devant de la scène l'an dernier grâce à l'équipe Sky. Il permettrait d'enlever le point mort dans le pédalage qui se situe entre la phase de montée et celle de descente du pied. Mais il ne s'agit plus là de pénétration dans l'air, mais d'efficacité dans le pédalage, ce qui est encore un autre sujet.